Que mettre dans sa déclaration de revenus pour une location saisonnière ?

Même si la location saisonnière est très ponctuelle, les revenus locatifs doivent être déclarés. Il est possible, sous conditions, de bénéficier d’un régime fiscal avantageux.

Découvrez ce qu’il faut savoir pour bien déclarer les revenus que vous tirez de votre location saisonnière.

Location saisonnière et déclaration d’impôt : régime réel ou micro-BIC ?

Selon votre situation, vous pouvez opter entre deux régimes pour déclarer vos revenus locatifs tirés d’une location saisonnière.

D’une part, vous pouvez opter pour le régime réel. Au moment de la déclaration de revenus, vous devez remplir le formulaire 2031 SD, puis ajouter le montant des recettes dans le formulaire N° 2042 C PRO. Le revenu imposable s’entend comme la somme des revenus bruts moins les frais et charges liés à la location saisonnière.

D’autre part, vous pouvez choisir le régime micro-BIC. Pour ce faire, il convient de sélectionner la déclaration 2042 C PRO. Le montant des recettes doit être reporté à la ligne 5ND. Pour être éligible, les revenus bruts tirés de la location saisonnière doivent être inférieurs à 70 000 euros. A noter que le régime micro-BIC permet de bénéficier d’un abattement de 50 % (si la location n’est pas un meublé de tourisme classé ou une chambre d’hôtes) ou 71 % (si la location est qualifiée de meublé de tourisme classé ou de chambres d’hôtes).

Le choix entre l’un ou l’autre de ces deux régimes (régime réel ou régime micro-BIC) dépend donc du niveau des charges liées à votre investissement, mais aussi du type de logement que vous mettez en location.

Déclaration d’impôt et location meublée : quelles exceptions ?

Le plafond pour être éligible au régime micro-BIC est plus élevé pour certaines catégories de logements. Ainsi, le plafond pour en bénéficier est fixé à 170 000 euros si votre location saisonnière est un gîte rural classé, un meublé de tourisme (c’est-à-dire une location de vacances faisant l’objet d’un classement officiel « meublé de tourisme ») ou une chambre d’hôtes.

declaration revenu location saisonniere

Doit-on déclarer la location de sa résidence principale ?

La résidence principale s’entend comme « le logement que vous occupez au moins 8 mois par an. Vous pouvez en faire un meublé de tourisme, c'est-à-dire le mettre en location durant de courtes périodes (pendant vos vacances, le week-end, ...) pour une clientèle de passage et à son usage exclusif », selon le site officiel Service-public.fr.

Si vous louez votre résidence principale dans le cadre de la location saisonnière, vous pouvez bénéficier d’une exonération d’impôt sous conditions. Première condition, le logement ou la pièce de votre résidence principale que vous louez ne doit pas constituer le domicile permanent du ou des locataires.

Deuxième condition, les revenus annuels tirés de la location ne doivent pas excéder un montant total de 760 euros TTC.

La location saisonnière peut être un bon moyen de rentabiliser votre résidence principale ou secondaire pendant les périodes d’inoccupation. Mais attention à ne pas négliger les formalités associées, au risque d’avoir une mauvaise surprise !

Découvrez nos actualités

Le projet immobilier « Les 3 Mondes » : un nouveau quartier à Amiens, entre ville et nature
Le prêt Action Logement en 2024
Quels sont les freins et les leviers de la rénovation énergétique des logements selon les Français ?