Les règles d’or d’un appartement écologique

Depuis la mise en place du nouveau diagnostic de performance énergétique (DPE), le fait d’acquérir un appartement écologique est un critère de plus en plus important aux yeux des acheteurs. D’après une enquête Ifop réalisée pour le réseau d’agences immobilières Laforêt en mars 2022, la performance énergétique d’un bien se classe ainsi à la troisième position des critères d’achat immobilier (47%), juste derrière le prix (82%) et la localisation (79%).

Un appartement écologique, vous en rêvez ? Si certains principes de la construction verte doivent être mis en œuvre dès la conception, vous avez aussi le pouvoir, à votre niveau, de rendre votre habitat écologique. Voici les six règles d’or d’un appartement écologique.

Règle n°1 : la performance énergétique

Un appartement écologique, c’est d’abord et avant tout un logement moins énergivore voire autonome. Pour atteindre cet objectif, plusieurs moyens possibles : une chaudière plus performante, des convecteurs électriques de dernière génération, un éclairage basse consommation… Le numérique joue un rôle de plus en plus important dans l’optimisation des consommations énergétiques. Il est par exemple possible de piloter à distance le chauffage d’un logement neuf connecté grâce à des scénarios préenregistrés et des sondes installées à l’extérieur. L’automatisation des ouvrants (volets, stores…) permet également de programmer leur ouverture et fermeture. Il est ainsi possible de mieux maîtriser la température intérieure du logement neuf connecté en conservant la chaleur en cas de chute des températures ou, au contraire, en gardant la fraîcheur pendant les périodes de fortes chaleurs. Les labels et certifications de l’immobilier neuf constituent des repères pour évaluer la performance énergétique de l’habitat.

La sélection des matériaux de construction a également son importance. Pour construire un logement avec la plus faible empreinte possible, il convient de privilégier des matériaux écologiques (paille, chanvre…) et approvisionnés localement. Grâce aux garanties du neuf, vous êtes assuré d'une parfaite qualité de construction, en conformité avec les dernières normes.

Pour l’achat de vos équipements (réfrigérateur, cave à vin, four…), consultez attentivement l’étiquette-énergie. La différence de consommation entre les appareils les mieux classés et les autres peut être considérable. Depuis le 1er mars 2021, une nouvelle étiquette-énergie est en vigueur. Les appareils électriques sont désormais classés de A à G, et non plus de A+++ à D.

Vous pouvez, enfin, revoir la disposition des pièces principales en privilégiant les orientations sud et sud-ouest pour les espaces où vous passez le plus de temps.

Règle n°2 : l’ouverture sur l’extérieur

S’il est plus facile de disposer d’un espace vert lorsqu’on habite en maison, la présence d’un extérieur est de plus en plus fréquente dans les appartements neufs. Si vous disposez d’un soin de verdure (balcon, terrasse, jardin privatif), vous pouvez cultiver des plantes dont les vertus ne sont pas toujours purement décoratives. Certaines plantes réputées pour leurs propriétés anti-moustiques (citronnelle, basilic citron…) vous éviteront d’acheter des bombes anti-moustiques tout en limitant l’émission d’aérosols dans l’air !

Si vous en avez la possibilité, vous pouvez également récupérer les eaux de pluie, bannir les engrais et pesticides, utiliser des lampes solaires d’extérieur ou même installer un système d’arrosage intelligent qui régulera de lui-même la consommation d’eau.

Règle n°3 : la biodiversité

Un appartement écologique trouve sa place dans un immeuble respectueux de l’environnement et favorisant la biodiversité.

L’artificialisation des sols, liée au développement urbain et à la construction de nouveaux habitats en périphérie des villes, constitue aujourd’hui l’une des principales causes du changement climatique et de l’érosion de la biodiversité. Ces dernières années, les promoteurs immobiliers ont largement innové en prévoyant, dans les parties communes et les espaces verts aux abords des résidences, des arbres pour permettre aux oiseaux de nicher, des hôtels à insectes, des ruches…

VINCI Immobilier s’engage en faveur de la biodiversité en se fixant pour objectif d’atteindre, dès 2030, zéro artificialisation nette (ZAN) en 2030. Pour rappel, la loi Climat et Résilience demande aux promoteurs immobiliers neufs d’y parvenir à l’horizon 2050 seulement. À compter de 2030, donc, nous compenserons l’ensemble de nos opérations. Cela signifie que nous végétaliserons en ville l’équivalent des surfaces prises sur des espaces naturels. « Notre stratégie ZAN 2030 repose sur une conviction forte : désormais, le développement urbain fondé sur l’artificialisation des sols n’est plus tenable sur le plan environnemental. Notre responsabilité est de faire émerger un nouveau modèle, privilégiant l’intervention sur des surfaces déjà artificialisées en concentrant nos efforts sur des opérations de recyclage urbain », explique ainsi Olivier de la Roussière, président de VINCI Immobilier, à propos de la ZAN.

Règle n°4 : le choix du fournisseur d’énergie

Certains fournisseurs proposent une énergie 100% verte. Il existe deux grands types d’offres d’électricité verte :

  • Une offre standard qui consiste, pour les fournisseurs, à acheter séparément l’électricité et des garanties d’origine. La seule obligation du fournisseur est d’acheter un nombre de garanties d’origine équivalent à la consommation de ses clients.

  • Une offre plus avancée, qui consiste pour le fournisseur à acheter l’électricité et les garanties d’origine chez le même producteur. Les producteurs concernés sont généralement de petite taille, car il est difficile de s’engager sur des volumes importants en matière d’électricité verte.

L’approvisionnement en électricité verte se fait à partir de sources telles que l’hydraulique, le solaire et l’éolien. N’hésitez pas à changer de fournisseur d’électricité pour donner à votre appartement écologique une touche encore plus verte !

Règle n°5 : l’optimisation de la consommation d’eau

Un appartement écologique a un impact limité si vous n’adoptez pas vous-même un comportement respectueux de l’environnement. Au niveau des usages, ce sont des gestes simples qui font parfois la différence. Vous pouvez, par exemple, décider de remplir complètement votre lave-linge ou votre lave-vaisselle avant de le démarrer. Autre astuce : ne pas laisser couler l’eau lorsqu’on se brosse les dents. Vous pouvez également installer des équipements qui vous aideront à maîtriser vos consommations : robinets mousseurs, mitigeurs thermostatiques, capteur connecté de consommation d’eau… Le développement de la domotique en appartement se traduit par l’apparition de nombreux dispositifs connectés. L’occupant a par exemple l’opportunité de recevoir, directement sur son smartphone, une alerte lui signalant une fuite d’eau.

Règle n°6 : veiller à la qualité de l’air


« Nous passons environ 80% du temps dans des lieux fermés, en particulier dans les logements. L’air que l’on y respire peut-être de moins bonne qualité que l’air extérieur, parfois très nettement car à l’air extérieur (parfois pollué) qui pénètre dans le logement s’ajoutent les polluants spécifiques de l’air intérieur », analyse l’Ademe dans son guide consacré à l’air des logements. Parmi les principaux polluants de l’air intérieur : les polluants chimiques (monoxyde de carbone, composés organiques volatils…), les polluants biologiques (agents infectieux, allergènes…), les particules et les fibres, ainsi que le radon qui peut s’accumuler dans les zones de la maison faiblement ventilées, notamment les caves.

Pour respirer à votre aise dans un appartement écologique, n’hésitez pas à installer quelques plantes dépolluantes qui, tout en décorant votre intérieur, vous permettront d’assainir l’atmosphère de votre logement. Vous pouvez également opter pour un humidificateur d’air. Pour une meilleure qualité de l’air, pensez également à réguler la température de votre appartement ou de votre maison en favorisant une température comprise entre 16 et 21°C. Sans oublier d’aérer régulièrement et de limiter l’utilisation des aérosols, contenus par exemple, dans les déodorants.

L’empreinte écologique du bâtiment n’est pas neutre. Ce secteur représente ainsi 43% des consommations énergétiques annuelles françaises et 23% des émissions de gaz à effet de serre d’après le ministère de la Transition écologique.

Bonne nouvelle, chacun peut agir à son échelle pour rendre le logement plus écoresponsable et profiter des nombreux avantages d'un appartement écologique. Ces six règles d’or sont un premier pas très important !