Quelle imposition pour une résidence secondaire ?

Au-delà du coût d’acquisition, le budget pour votre résidence secondaire doit aussi intégrer les dépenses d’entretien ainsi que les divers taxes et impôts. Passage en revue des différentes dimensions de l'imposition d'une résidence secondaire.

Différents impôts et taxes peuvent venir alourdir le budget lié à votre résidence secondaire (taxe sur la valeur ajoutée, impôts locaux, impôt sur le revenu…). À quoi correspondent ces différents prélèvements ?

Fiscalité de la résidence secondaire : la taxe sur la valeur ajoutée

Si vous faites l’acquisition d’une résidence secondaire neuve, vous devez régler la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) au taux de 20 %. Il s’agit du taux normal applicable à l’immobilier neuf. Bon à savoir, la TVA est récupérable sous conditions, en cas d’investissement en défiscalisation (LMNP avec amortissement).

Vous devez également vous acquitter de la TVA si vous faites réaliser des travaux. Le taux réduit de 10 % s’applique dans l’ancien. C’est en revanche le taux normal de 20 % qui s’applique pour les travaux de construction ou de reconstruction et d'agrandissement de la résidence secondaire.

Enfin, vous réglez la TVA au taux de 20 % chaque fois que vous achetez des fournitures ou bien des éléments de mobilier pour embellir, améliorer ou aménager votre résidence secondaire !

Imposition residence secondaire: fiscalité et taxes des résidences secondaire

Imposition résidence secondaire : les impôts locaux

Les impôts locaux servent à financer les services publics locaux tels que l’enlèvement des ordures ménagères, la réalisation de certains aménagements (parkings publics, équipements sportifs…) ou encore certaines animations. Parmi ces impôts, on peut citer :

  • La taxe foncière. Elle est toujours réglée par le propriétaire, même si la résidence secondaire est louée.
  • La taxe d’habitation. Elle est due par le locataire s’il occupe le logement au 1er janvier et par le propriétaire dans le cas contraire. À noter qu’un investissement locatif, même s’il est loué à l’année et que son propriétaire ne l’occupe pas, est considéré par l’administration fiscale comme une résidence secondaire. Une surtaxe d’habitation peut s’appliquer dans certaines localités.

L’impôt sur le revenu en cas de location saisonnière

Les loyers et charges perçus dans le cadre d'une location saisonnière sont imposés dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC), comme pour n’importe quelle location meublée. Pour rappel, il existe deux régimes d'imposition dont les seuils diffèrent selon la nature de la location : le régime forfaitaire ou le régime réel.

On pourrait également évoquer d’autres impôts, comme la taxe sur les plus-values. Lorsque vous revendez votre résidence secondaire et que vous enregistrez une plus-value, le gain est imposable. Vous pouvez bénéficier d’abattements en fonction de la durée de détention de la résidence secondaire. En revanche, cette taxe sur les plus-values ne s’applique pas à la résidence principale qui bénéficie d’une exonération.

Pour éviter les mauvaises surprises et faire en sorte que votre résidence secondaire reste un investissement plaisir, pensez à simuler votre fiscalité avant l’achat et prenez en compte l’ensemble des impôts et taxes auxquels vous pouvez être assujetti.

Découvrez nos actualités

Calypso, un programme mixte durable situé à La Rochelle
À Nice, le quartier du Ray parachève sa mue avec cette nouvelle résidence
Un nouveau cap vers des constructions neuves et vertes