Pourquoi acheter un appartement dans un écoquartier ?

Acheter un appartement situé dans un écoquartier comporte de nombreux avantages. Engagement écologique, économies d’énergie, confort de vie : on vous dit tout sur la définition d’un écoquartier.

Définition d’un écoquartier


Un écoquartier est un projet d’aménagement urbain qui possède plusieurs caractéristiques liées aux objectifs de développement durable et à la réduction de l’empreinte écologique globale. Lancé en 2012, le label national ÉcoQuartier comporte ainsi 20 engagements qui s’articulent autour de quatre piliers :

  • Démarche et processus ;
  • Cadre de vie et usages ;
  • Développement territorial ;
  • Environnement et climat.

En ce qui concerne la quatrième et dernière dimension, par exemple, les écoquartiers s’engagent à « proposer un urbanisme permettant d’anticiper et de s’adapter au changement climatique et aux risques » ou encore de « viser la sobriété énergétique, la baisse des émissions de CO2 et la diversification des sources au profit des énergies renouvelables et de récupération ».[1]

Les écoquartiers cherchent également à limiter la place de la voiture individuelle dans l’espace urbain. Pour y parvenir, les concepteurs d’écoquartiers limitent notamment le nombre de places de stationnement. Ils peuvent également construire des parkings excentrés ou imposer une place maximum par logement.

La gestion des déchets fait également l’objet d’une attention particulière. Les bâtiments collectifs peuvent être équipés de vide-ordures prévoyant le tri ou être raccordés à un réseau souterrain parcourant le quartier, qui permet de centraliser les déchets pour effectuer la collecte. Les containers enterrés permettent également de gérer efficacement les déchets tout en limitant l’impact visuel des espaces de collecte, qui ne sont pas toujours esthétiques.

 

Quelles sont les dernières évolutions du label ÉcoQuartier ?

À compter de la campagne 2023, le label ÉcoQuartier évolue. La labellisation est désormais uniquement proposée au stade de la livraison du projet et de la vie du quartier (label Livré) ou trois ans après la livraison (label Vécu). Les labels étape 1 (phase projet) et 2 (phase chantier) ne sont plus décernés depuis le 1er janvier 2023.

En contrepartie, ils sont remplacés par la reconnaissance d’un statut d’« ÉcoProjet » qui ouvre droit à une offre renforcée d’accompagnement en ingénierie ou financier.

 

Comment les ÉcoProjets sont-ils accompagnés ?


Le porteur de projet d’écoquartier s’engage à travers la signature de la charte ÉcoQuartier. Cette signature témoigne de la volonté du porteur de projet de réaliser une opération d’aménagement répondant aux 20 engagements du référentiel ÉcoQuartier, et prenant en compte les indicateurs de performance.

Après la signature de la charte ÉcoQuartier, le projet est distingué par le statut d’« ÉcoProjet ». Le porteur de projet peut alors accéder à une offre enrichie de service et d’accompagnement comprenant :

  • La participation au Club ÉcoQuartier, un réseau de collectivités et de professionnels engagés pour une transition vers des villes et des territoires durables ;
  • La possibilité d’assister à des événements locaux, régionaux ou nationaux pour partager les retours d’expériences issus de métropoles, de villes moyennes et de communes plus rurales ;
  • L’accès à des formations gratuites dispensées dans les territoires et à des outils, notamment d’aide à la décision et d’autoévaluation, en particulier la méthode « Quartier Énergie Carbone » développée par l’Ademe, le CSTB et Efficacity (financement du recours à l’outil UrbanPrint) ;
  • La possibilité de bénéficier d’aides à l’ingénierie dispensées par le Cerema, un établissement public qui accompagne chaque année 15 nouveaux projets de quartiers durables portés par des collectivités ;
  • L’accès à des ateliers d’accompagnement organisés par l’association France Ville Durable ;
  • L’accès à des conseils et recommandations des services de l’État et experts.

 

Quels sont les 20 engagements du référentiel ÉcoQuartier en 2023 ?


Afin de standardiser et normaliser l’approche des écoquartiers, une vingtaine d’indicateurs nationaux a été définie. L’ensemble de ces indicateurs répond aux défis de la ville durable : sobriété, inclusion, création de valeurs, résilience. Ils s’articulent autour de quatre objectifs stratégiques :

  • Encourager la sobriété dans la consommation des ressources naturelles et de l’énergie ;
  • Penser le bien-être des habitants et la qualité du cadre de vie comme des leviers de la résilience du quartier ;
  • Proposer une offre de logement pour tous de qualité (énergétique, environnementale et d’usage), adaptée, diversifiée et abordable et des espaces publics favorables à la rencontre (et à l’activité physique) ;
  • Diversifier l’offre de services et d’équipements et intensifier les usages de la ville.

Sont notamment prises en compte, dans ces indicateurs, la consommation des bâtiments du quartier, la production d’énergie renouvelable rapportée à la consommation totale du quartier, la part des bâtiments intégrant des matériaux biosourcés, la surface d’espaces verts publics par habitant, la part de logements sociaux, la qualité d’usage des logements, le taux de cyclabilité de la voirie ou encore la densité bâtie.

Les cibles seront fixées par le porteur de projet.

 

Quels sont les avantages d’un écoquartier ?


Concrètement, vivre dans un écoquartier permet de bénéficier d’un plus grand confort de vie, mais aussi de réaliser des économies à travers :

  • Une mobilité facilitée, notamment grâce à une meilleure gestion des déplacements à travers la limitation de l’usage de la voiture individuelle et l’incitation à l’utilisation de transports doux. Le moindre recours aux véhicules dotés d’un moteur thermique permet dans le même temps d’améliorer la qualité de l’air et de réduire les nuisances sonores. La sécurité des déplacements peut également être améliorée en établissant un plan de pistes cyclables et un plan piéton intégrant des rues plus spécifiquement réservées aux enfants et personnes vulnérables ;
  • Une réduction des consommations énergétiques grâce à des bâtiments répondant aux dernières normes environnementales et au recours aux énergies renouvelables. De plus, la végétalisation urbaine favorise la régulation thermique des écoquartiers en évitant le phénomène de l’îlot de chaleur urbain (chaleur maintenue au sol en raison notamment de l’artificialisation des sols et du trafic urbain) ;
  • Une sélection stricte des matériaux de construction, notamment dans une conception relevant de l’architecture bioclimatique ;
  • Une limitation de la production de déchets à travers le tri sélectif et la mise au compost des déchets verts. Au-delà du tri et de la collecte des déchets, c’est également le transport des déchets qui est optimisé en choisissant avec soin l’emplacement des points de collecte, voire en transformant les détritus en matériaux bruts sur place. Parallèlement, la mise en place du compost peut accompagner un projet de vie commun entre tous les habitants du quartier, la production servant de fertilisant à des cultures dans des jardins partagés ;
  • Une réduction de la consommation d’eau en misant sur la récupération des eaux pluviales. L’objectif est notamment de ne plus renvoyer les eaux de pluie vers les réseaux d’assainissement à travers le stockage ou l’évapotranspiration via des noues (larges fossés qui permettent la rétention, l’acheminement et l’infiltration des eaux pluviales), des bassins ou des toitures végétalisées ;
  • Une attention accrue portée à la protection de la biodiversité. De nombreuses initiatives naissent dans les écoquartiers autour de l’écologie urbaine, de la préservation des sols vivants, et de l’agropédologie. L’objectif est notamment de créer des espaces végétalisés en ville de manière à permettre le maintien ou le retour de certaines espèces animales (insectes, hérissons…).

 

Comment trouver un logement dans un écoquartier ?


Les écoquartiers ne se limitent pas un seul bâtiment et peuvent occuper des surfaces plus ou moins importantes. C’est pourquoi ils s'implantent généralement sur d’anciennes friches industrielles ou zones commerciales en reconversion.

Vous êtes à la recherche d’un logement situé dans un écoquartier ? N’hésitez pas à consulter votre mairie et à garder un œil ouvert sur les programmes immobiliers neufs situés à proximité de chez vous.

 

Un appartement dans un écoquartier se revend-il facilement ?


La « valeur verte » d’un logement situé dans un écoquartier permet d’espérer de réaliser une plus-value à la revente.

Toutefois, il convient de rappeler qu’il s’agit d’un bien immobilier avant tout. De ce fait, il doit aussi cocher les autres cases d’un achat réussi (emplacement recherché, exposition ensoleillée…) pour se révéler être un « bon investissement ».

VINCI Immobilier contribue au développement de nombreux écoquartiers partout en France. Plus généralement, en tant que promoteur immobilier neuf, notre responsabilité est d’intégrer les aspects liés au développement durable et à la protection de la biodiversité dans chacune de nos réalisations. Pour découvrir tous nos programmes, il vous suffit de consulter notre page dédiée.


[1] http://www.ecoquartiers.logement.gouv.fr/20-engagements/referentiel/

Ces programmes peuvent vous intéresser...
SURESNES (92)Metamorphose
En travaux
Pinel

OFFRES EXCEPTIONNELLES

Livraison
4ème trimestre 2018
NICE (06)Villa candide
En travaux
Pinel

OFFRES EXCEPTIONNELLES

RUMILLY (74)L'harmonie des forts
Livraison imminente
Pinel

OFFRE PINEL JUSQU'AU 30 JUIN

OFFRES EXCEPTIONNELLES

Découvrez nos actualités

Universeine : 504 logements en VEFA et un ensemble de nouveaux bureaux au cœur de l’écoquartier
Le choix du neuf pour acheter dans l’immobilier, les futurs propriétaires s’assurent plus de confort au quotidien
Investissement immobilier en 2024 : où investir ?