Habitat écologique : zoom sur l'architecture bioclimatique

De plus en plus, la construction verte s’impose à nous comme une évidence. Les constructeurs et promoteurs de logements neufs ont anticipé de longue date cette évolution, appliquant notamment les principes de l’architecture bioclimatique. En quoi ce mode de construction permet-il de rendre l’habitat écologique ? Quels sont ses éléments clés ?

Architecture bioclimatique : définition

L’architecture bioclimatique a pour but de concevoir un bâtiment dont l'implantation et la conception tiennent compte du climat et de l'environnement immédiat. Cette démarche vise à réduire les besoins en énergie pour le chauffage, le refroidissement et l'éclairage. Il s’agit de réaliser des économies lors de l’étape de construction, mais également après. L’architecture bioclimatique permet d’obtenir des progrès pendant toute la durée de vie du bâtiment.

Les 4 principes clés de l’architecture bioclimatique

L’architecture bioclimatique repose sur 4 piliers de l'habitat écologique que sont : l’implantation, la compacité, l’orientation et le zonage du bâtiment. Ce dernier point se réfère à la répartition des pièces principales dans l’habitat.

La mise en œuvre de ces 4 principes passe notamment par le choix de matériaux appropriés et typiques de l'habitat écologique, le recours à des techniques de circulation d'air, l'utilisation de l’énergie solaire ou de la géothermie, ou encore la récupération des eaux de pluie. Il ne s’agit là que d’exemples, car l’architecture bioclimatique fait preuve d’une grande adaptabilité en fonction des climats, des paysages, des besoins liés à l’habitat…

Implantation d’un bâtiment bioclimatique

L’architecture bioclimatique consiste à choisir le meilleur emplacement en s’appuyant sur le contexte environnant. L’architecte peut par exemple chercher à protéger le bâtiment des vents dominants grâce à une haie de végétaux au Nord. La plantation d’arbres caducs au Sud et au Sud-Ouest peut aussi améliorer le confort en été en protégeant le bâtiment des rayons du soleil, tout en optimisant l’apport en chaleur naturelle pendant la période hivernale.

 

Architecture bioclimatique

 

Compacité d’un bâtiment bioclimatique

La compacité consiste à construire un bâtiment économique à la construction et facile à chauffer. Ainsi, la réalisation de constructions carrées ou rectangulaires permet d’optimiser la circulation de la chaleur et d’éviter les déperditions. L’efficacité énergétique globale du bâtiment s’en trouve améliorée.

Orientation d’un bâtiment bioclimatique

L’orientation joue également un rôle clé. Il s’agit pour l’architecte d’orienter le bâtiment, pris dans son ensemble, de manière à maximiser les apports solaires. Les orientations au Sud ou au Sud-Ouest sont à privilégier.

Zonage d’un bâtiment bioclimatique

Dans un bâtiment bioclimatique, le zonage des pièces fait l’objet d’une attention particulière. Tout l’enjeu est d’organiser la distribution des pièces en fonction de la course du soleil afin d’optimiser les besoins en éclairage et en chauffage. On disposera ainsi de préférence les pièces les moins fréquentées, telles qu’une chambre ou un bureau, au Nord. A l’inverse, les pièces de vie et les pièces disposant des plus grandes ouvertures seront de préférence orientées au Sud.

Un zonage efficace, lorsqu’il est associé à un pilotage des consommations via un thermostat connecté ou un équipement domotique similaire, permet de faire varier la température ambiante selon les pièces. Il en résulte un meilleur confort de vie pour l’habitant ainsi qu’une moindre consommation énergétique.

L'habitat écologique figure au cœur de nos priorités. Nous mettons ainsi l'architecture au service du développement durable en favorisant l'intégration de nos immeubles dans leur environnement et en utilisant des matériaux de qualité. Nos réalisations bénéficient par ailleurs des dernières normes et sont récompensées par plusieurs certifications et labels.