Devenir propriétaire jeune : 5 pistes pour y parvenir

Accéder à la propriété n’est pas toujours évident lorsqu’on débute dans la vie et qu’on dispose d’un budget contraint. Retrouvez tous nos conseils pour devenir propriétaire jeune.

La baisse des taux immobiliers permet actuellement à un public de plus en plus jeune d’accéder à la propriété. Selon un sondage récent, les Français réalisent leur premier achat immobilier à l’âge de 32 ans, avec un pic d’acquisitions entre 25 et 30 ans.

Comment faire pour réaliser votre rêve immobilier dès le plus jeune âge ?

Epargner très tôt pour acheter jeune

Epargner dès que vous percevez vos premiers revenus, ou même avant, permet de préparer au mieux votre future acquisition. Disposer d’un apport personnel peut se révéler avantageux à plus d’un titre.

  • D’une part, vous avez la possibilité d’accéder plus facilement au crédit dans un contexte où les banques sont plus attentives aux critères d’endettement.
  • D’autre part, vous avez l’opportunité d’améliorer la qualité de votre dossier. En effet, grâce à votre capacité d’épargne, vous démontrez que vous pouvez faire face à une mensualité de crédit. De quoi encourager votre banque à vous proposer, éventuellement, de bénéficier d’un meilleur taux.

En somme, en mettant de côté une somme fixe chaque mois, vous augmentez vos chances d’acheter un bien immobilier jeune.

Acheter son premier appartement : l’effet de levier du crédit

Lorsqu’on est jeune et qu’on dispose d’un budget limité, le recours au crédit immobilier est souvent une nécessité.

C’est également un bon calcul sur le plan financier car vous bénéficiez de l’effet de levier du crédit. Grâce à ce mécanisme, vous avez l’opportunité de réaliser une acquisition plus importante que ce que vous auriez pu envisager avec votre seul apport. Vous avez également l’opportunité de maximiser le rendement de votre épargne personnelle.

Prenons un exemple. Vous disposez de 50 000 € pour acheter votre première résidence principale. Vous consacrez 30 000 € à votre apport personnel, une somme suffisante pour couvrir les frais de notaire estimés par votre banquier. Que faire des 20 000 € restants ? Deux options s’offrent à vous. Option 1 : vous les consacrez à votre acquisition. Option 2 : vous placez cette somme et empruntez l’équivalent pour financer votre bien immobilier. Si le taux de rémunération de l’épargne est supérieur au taux d’emprunt, vous réalisez un gain net.

Bon à savoir

Si vous êtes jeune et en bonne santé, vous optimisez le budget de votre assurance de prêt. Une raison de plus pour emprunter lorsqu’on est jeune.

Investir dans l'immobilier jeune : bien choisir sa durée d’emprunt

Dans un environnement de taux bas, il est possible d’emprunter sur des durées supérieures à 25 ans, tout en limitant le poids du crédit.

Cependant, les premières mensualités sont généralement composées d’une majorité d’intérêts au détriment du capital. La part du capital dans le remboursement du prêt est plus importante au cours des dernières années. Si vous revendez votre bien après quelques années seulement, la part capitalisée risque d’être assez faible si vous avez emprunté sur une durée longue.

Miser sur l’immobilier neuf lorsqu’on est jeune

L’immobilier neuf est particulièrement adapté aux attentes des jeunes acheteurs à plusieurs égards :

  • Sur le plan du confort et des prestations (cuisines ouvertes, domotique : des critères importants pour tous et notamment pour les jeunes acheteurs)
  • Sur le plan de la valeur patrimoniale. La valeur patrimoniale d’un bien neuf est très élevée par rapport à un bien ancien situé dans le même quartier. De quoi envisager sereinement la revente et gonfler son capital pour préparer un futur achat.
  • Sur le plan de l’emplacement, avec une attention particulière des promoteurs portée à la proximité des transports, des services… Un bon point, notamment lorsqu’on ne dispose pas forcément d’un véhicule personnel.
  • Sur le plan du budget. Grâce à l’immobilier neuf, un jeune acheteur peut compter sur l’absence de mauvaises surprises liées à des travaux imprévus. Son budget s’en trouvera préservé.

Emprunter pour acheter : des prêts pour les jeunes

Les jeunes acquéreurs peuvent bénéficier de prêts aidés, tels que :

  • Le PTZ ou l’éco-PTZ
  • Les prêts d’Action Logement
  • Les éventuelles offres réservées par les banques aux primo-accédants.

Certains montages financiers permettent également à des proches d’aider les plus jeunes. Il est par exemple possible de transférer les droits à prêt liés à un plan épargne logement (PEL). Autre piste, la donation qui permet des transferts d’argent entre générations dans un cadre fiscal avantageux.

Acheter dans le neuf (ou dans l’ancien) lorsqu’on est jeune permet de se constituer un capital pour préparer les futures étapes de la vie.